Les mots, les maux

violence-verbaleLes mots frappent, blessent, brisent. Ils viennent nous cueillir dans notre quiétude, assiéger notre bienveillance. Ce sont des armes fatales pour qui entend soumettre ou faire plier, humilier ou saigner. La caresse d’une parole amoureuse semble lointaine, que déjà fuse la phrase qui nous autopsie l’âme et extirpe de notre tripe la faille longtemps enfouie. Le pervers décortique, analyse, se gaussant de toute altérité pour prendre possession des autres, leur infliger le diktat de son Moi hypertrophié. Sans aménité aucune, il fouille, viole même les coins retranchés de nos faiblesses, séduit, fouraille, assène, envahit pour mieux posséder.

Good and EvilLes mots frappent, blessent, brisent. Ceux de la paix, des sentiments avoués, sont loin déjà, la violence claque ou se fait plus insidieuse, qu’importe ! Pourvu que la proie soit maîtrisée, domptée, contrôlée, objet d’une violence narcissique dépourvue d’authentique humanité.

Les mots frappent, blessent, brisent. Ils se font armes d’emprise et de pouvoir. Et vous n’avez pas vu arriver derrière la phrase suave ou le propos mielleux votre bourreau.

Philippe Lachaise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s