En mode crétinerie

verbal-virusOn impactait à tout va, voilà quelques mois encore. A présent, on « passe en mode »… En mode zen, en mode colère, en mode amour, en mode rupture. Le panurgisme linguistique relève presque de la virologie et l’on s’étonne de ces expressions burlesques ou incohérentes qui surgissent de nulle part pour s’étendre, s’emparer des bonnes âmes et conférer une préciosité de pacotille. « En mode », c’est tendance. Il y a quelques années, il eut fallu dire « in », mais aujourd’hui, le terme est déprécié, jauni, vieillot. « En mode », c’est donc tendance.

S’agissant de puiser dans l’étymologie modus, je préférais « à la mode de Bretagne », depuis longtemps oublié, mais combien plus facétieux. « En mode » laisse percevoir une automatisation des états d’âme, l’abandon de soi à ses sentiments. On devine des boutons et des curseurs, on sent poindre les effets du tout électronique et du virtuel omniprésent, omnipotent. « Je suis en mode ras-le-bol »… comme un avion fend le ciel en pilotage automatique.

Il atterrira presqu’aussi vite que nous serons passé à une nouvelle fadaise tout aussi contagieuse, tout aussi indigeste aussi. Cela me rassure… « grave ».

Philippe Lachaise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s