Silence

Dérisoire cocotte en fonte domestique, sinistre chaudron planétaire, où mijotent les haines, les exclusions et les anathèmes. L’amour ici, l’altérité là, s’effacent quand l’égo, la vindicte, la domination éradiquent l’autre, le broient, lui nient le droit d’être un autre soi-même. Ainsi va l’humanité, confinée dans les rapports parfois intimes, où à l’échelle d’une société, lorsque le rapport de force prime sur l’égalité et quand la réalité de l’autre est bafouée.

silenceAinsi va l’humanité, dès lors que la violence vaut dialogue, à compter du moment où les hurlements défient « le silence éternel de ces espaces infinis » qui effrayait tant Pascal. Physique ou verbale, cette force primitive laisserait l’auteur des « Provinciales » perplexe. Quelle mystérieuse influence guide l’homme à déchaîner ses passions pour détruire, ravager ? Pour noircir son passage et semer le chaos ? Quelle colère l’anime, quelle folie l’habite, pour plonger les autres avec lui dans l’abîme ? Le bonheur, le juste, le vrai seraient-ils à ce point si exigeants et si inaccessibles ?

Le tumulte, le bruit, les cris nous éloignent du silence qui éclaire et construit, qui nous aide à grandir.

Philippe Lachaise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s