Les bouclettes de Tain

Je rêve de bouclettes et de regards profonds, profonds comme la vie vécue et celle restant à offrir. Je rêve de bouclettes, douces et soyeuses, douces et souples, comme de l’exigence de cette profondeur porteuse du passé, d’une volonté et d’une espérance en mouvement, d’un avenir déjà écrit.

Tain4Je rêve de bouclettes, de leurs méandres affichées de l’âme, semblables aux circonvolutions du Rhône, tendres et douces parfois, volontaires et farouches comme l’eau se frayant un chemin entre Drôme et Ardèche. Ni soumises au vent, ni totalement rebelles, mais elles-mêmes et libres comme le mistral qui caresse les monts de vignes : rudes et fragiles en même temps, libres comme une bourrasque et fidèles à revenir sans cesse vers leur but ultime.

Je rêve de bouclettes insolentes de mondes à concevoir, toujours un peu rebelles, et pourtant définitivement collées aux lignes du cou, au cours du destin qui se fraye un chemin entre les rocs. Déterminées comme les courants. Grandes et belles, fières parfois et toujours prudentes, mais se laissant pourtant aller au cours de l’eau et du destin, soumises au jeu des dieux et vigilantes quant aux caprices des hommes, taillant leur route entre évidences et prévention. Absorbant les langueurs d’un long parcours, attentives à ne pas heurter les récifs de la vie mais à avancer pourtant toujours.

Je rêve de bouclettes éprouvées et volontaires, sculptées par la vie et s’offrant encore au monde, généreuses telles des lônes à venir comme promesses à la vie et au bonheur, lucides autant que confiantes, passant les méandres et gravant un univers de rocs et de monts, comme ces fleuves bravant les obstacles posés par la nature mais sachant devoir s’épanouir à bon port.

Hermitage     /
Tain l’Hermitage

Je rêve de bouclettes comme autant de beautés conférées aux fleuves impétueux, à leur image, et pourtant souples, bravant les obstacles dans les flots, faisant fi du vent d’un jour, étalant leur destinée majestueuse et puissante avant de gagner l’infini.

Je rêve de bouclettes entre monts d’Ardèche et plateaux de Drôme, chavirées par l’eau fécondante et créatrice des lendemains. Libres comme un fleuve, attachées et fidèles comme son cours, belles et majestueuses, créatrices autant que nourricières.

Je rêve de bouclettes fières et heureuses, abandonnées au Mistral, au Monde, insouciantes du bonheur et soucieuses du temps, émouvantes enfin, s’offrant à la vie et embrasant les éléments avec ce qu’il faut de confiance pour nourrir encore cette terre aride de vie et d’espérance. Et qui ne montrent pas leur appréhension pour braver l’univers et les futurs.

Je rêve de bouclettes éphémères et magnifiques, improbables autant qu’attendrissantes, impossibles et pourtant bien présentes, fugaces comme dans un rêve, sauf à naître par la magie de Tain l’Hermitage et de Valence.

Philippe Lachaise

[wpsr_socialbts]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s