La corde du mensonge est courte*

« La parole a été donnée à l’homme pour qu’il trahisse sa pensée » affirmait Talleyrand. Bien sûr, il existe des mensonges moraux, des mensonges admissibles. Il s’en trouve même de nécessaires : irait-on toujours dire en société tout le mal qu’on pense de certains ? mensongePourtant, et au delà des mensonges nécessaires, Kant pense qu’ils sont toujours moralement condamnables, et jamais justes au nom de la subjectivité : le philosophe considère que chacun nait avec une “valeur intrinsèque” qu’il appelle la dignité humaine. Cette dignité émane de notre rationalité, qui nous rend autonome et capable de prendre nos propres décisions. Aussi, à ses yeux, le mensonge corrompt la capacité morale de l’homme et empêche autrui d’agir rationnellement et librement. Mentir remet en cause la dignité de celui qui en est la victime.

Tel ami me racontait avoir épousé une femme dans un pays étranger, qui l’avait en réalité mis en concurrence à son insu avec deux autres hommes. Il se rendit compte six ans plus tard qu’il avait été dépouillé de tous ses biens. Mensonge insoutenable dans ce cas, puisqu’il reposait sur un engagement affectif, et pour des raisons vénales.

2956Tel autre me confiait avoir vécu une passion partagée avec une femme qui affirmait ne plus aimer son compagnon et lui disait réfléchir à construire avec lui pour vivre leur amour. Elle finit par l’informer, après réflexion et par texto, qu’elle restait avec celui qu’elle était sensée ne plus aimer, fatiguée de sa double vie. Trois ans d’espoir et de passion pour lui, trois années de frivolités, de passe-temps et d’amusement pour elle, révélées sur un écran de téléphone. Là aussi, il fallait l’usage du mensonge, face à elle et face à lui, pour s’offrir un peu d’aventure, de distraction et un amant.

Si mes deux amis sont sortis meurtris, presqu’anéantis, de leur mésaventure respective, c’est que le mensonge portait sur l’essentiel, qu’ils eurent conscience a posteriori d’avoir vécu seuls leurs sentiments et d’avoir été manipulés. Pour reprendre Kant, le mensonge avait remis en cause leur dignité. Sans je suppose sous-estimer d’autres conséquences qui sortent du champ philosophique.

Le mensonge peut avoir pour but la valorisation de celui qui en fait usage, il est souvent l’outil plutôt qu’on emploie pour aménager très égoïstement les conditions de son petit confort au détriment des autres. Si je ne suis pas certain que “tout mensonge non remboursé se paie au centuple”1, une certaine forme de justice immanente, la vie et ses erreurs renvoient un jour ceux qui jouent avec les autres devant leur miroir.

Philippe Lachaise

 

* Proverbe arabe
(1) Claude Lelouch, « Itinéraire d’un enfant gâté »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s