Aide-mémoire de Levinas sur l’altérité à l’usage de la classe Terminale et des gouvernants

Emmanuel Levinas
Emmanuel Levinas

Il faut relire Emmanuel Levinas, dans ses erreurs existentialistes parfois, mais surtout dans ses fulgurances et dans sa manière humaniste bien particulière de voir le monde. Certes, les âmes chagrines auront, depuis le confort de leur paresse intellectuelle, plaisir à clamer que le philosophe franco-lituanien n’a rien inventé, et que l’altérité vaut tant posture qu’imposture. Ce sera bien là la marque de leur incompréhension du concept, où l’empathie vaudra synonyme définitif. On les laissera à leurs certitudes comme à leur ignorance. De Camus à Levinas, les beaux penseurs n’aiment pas la philosophie qui place l’homme au centre du cercle pour l’aimer davantage.
Souvent aussi, on observera la confusion entre altruisme et altérité. C’est que cette dernière prend en considération ce qui distingue l’autre dans sa pleine différence. Levinas fait un constat a priori évident selon lequel on ne peut se construire qu’à travers les autres, et que leur différence nous est indispensable pour nous permettre de grandir.
172835-gfL’homme pétri de certitudes, certain de sa supériorité ou toujours enclin à écraser les autres de sa prétendue superbe aura bien du mal à considérer l’altérité autrement que sous la forme d’un concept, pour n’en jamais en faire un outil de son propre développement. En cela, l’altérité peine à s’épanouir au contact d’un ego boursoufflé. Il faut l’humilité du cherchant pour voir chez l’autre la promesse de sa propre progression, et la modestie de la conscience de nos propres limites pour découvrir cet outil inestimable.
En cela, Emmanuel Levinas nous ouvre les portes de l’universel et de l’amour.

Philippe Lachaise

3 commentaires

  1. J’ai beau relire ce texte, je ne trouve ni définition ni énumération des « erreurs existentialistes » mentionnées dans la 1re phrase. Qui peut éclairer ma lanterne ? Merci

    J'aime

    • Le terme erreur est en effet un peu audacieux, Jean-Yves. Je voulais, et sans trop m’y attarder car ce n’était pas le sujet, mettre en perspective l’évolution de Levinas partant de l’existentialisme et de Heidegger (dont il retiendra surtout l’éthique) pour tendre vers une philosophie à mes yeux plus humaniste.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s